Une idée reçue a longtemps prévalu, mais semble être aujourd’hui totalement obsolète. Selon elle, les pleurs des hommes seraient perçus comme une absence de virilité. Or, le Dr Cristina psychiatre à Genève et spécialiste des troubles du sommeil et de la dépression, indique que cette perception est erronée. En effet, il indique que nombreux sont les hommes qui se sont laissés aller à des pleurs au cours de l’Histoire.

Revirement de situation au niveau historique

Autrefois (avant le XIXe siècle), il était tout à fait acceptable pour un homme de pleurer. Le psychiatre de Genève Dr Cristina fait ressortir que l’historien Jules Michelet a proféré des accusations, au cours du XIXe siècle, contre Napoléon qui serait vraisemblablement le responsable de ce revirement de situation. Ce dernier aurait attribué aux hommes le rôle de la production et aux femmes celui de la reproduction. Toutefois, il peut présentement être observé que les hommes prennent soin de leur apparence physique tout en portant des piercings.

Motifs des pleurs

Les hommes et les femmes ne pleurent pas pour les mêmes raisons. Le psychiatre a mené des recherches sur 60 sujets. Les données recueillies démontrent que les femmes disent qu’elles se laissent aller aux larmes quand surgissent des pensées relatives à un enfant décédé ou quand elles sont en présence d’une personne qui pleure. Elles avouent toutefois qu’il peut parfois s’agir de larmes servant à amadouer les autres.

Les hommes quant à eux, ont peur d’être «castrés» s’ils sont vus en train de pleurer. Les événements déclenchant une montée de larmes chez eux sont liés à des causes nobles, au patriotisme ou au sport. Les larmes sont permises dans ces situations, mais elles s’avèrent toutefois brusques.