Souvent, la fragilité d’une personne est considérée comme une faiblesse, une caractéristique qui nuit à la bonne image d’un individu. Or ce « point faible » s’avère être un trait de caractère primordial dans les relations entre les personnes.

Même si elle nous gêne souvent dans la vie de tous les jours, et même si elle est mal perçue par notre société, la fragilité fait parti de la personnalité de chaque individu, quel qu’il soit sont niveau intellectuel ou social. On nait avec la fragilité et reste en nous, même adulte. Elle peut prendre plusieurs formes, mais en l’acceptant, on prend conscience de nos limites et de nos ressources. On est tous fragile, c’est pourquoi on a besoin d’être en couple, pour être aidé par une autre personne.

Dr Ezio Cristina psychiatre à Genève nous explique que « On doit nous entourer d’énormément de soins pour que nous puissions seulement vivre et nous développer …C’est de notre fragilité que découle notre aptitude à la relation ». De son côté, Elena Lasida, docteur en Sciences Économiques et Sociales, explique que la fragilité est un avantage relationnel et de reconnaissance des différences, selon elle « Quand on ne sait pas qui est l’autre, que ce soit un homme pour une femme, ou un Malien en grève quand on est chef d’entreprise, le seul moyen de rentrer en contact est d’accepter cette zone de fragilité et d’inconnu, pour écouter…La fragilité devient alors un passeport vers un véritable travail collectif » tant sur le plan amoureux que social ». En fin des comptes, la fragilité n’est pas du tout une faiblesse, il ne faut pas en avoir honte, au contraire, elle est une véritable clé relationnelle. C’est une caractéristique innée en chacun de nous.